Compte rendu du déjeuner à la cantine par des parents le 21 mars 2011

Compte rendu du déjeuner à la cantine par des parents le 21 mars 2011

Lundi 21 mars 2011.

Christel di Palma et Emmanuelle Ménard ont déjeuné à la cantine ce midi, avec les enfants du primaire.

Au menu :

Pâté, rillettes ou saucisson (au choix) en entrée ;

Poulet accompagné de blé et de légumes (courgettes et carottes en dés) en plat principal. ;

Yaourt aromatisé, petit-suisse ou verre de lait ;

Fromage blanc aux fruits rouges ou compote en dessert.

Les enfants sont plutôt autonomes et ont l’habitude de se servir eux-mêmes avec leur plateau, même si les institutrices sont là pour veiller à l’assiette renversée ou au verre cassé.

Globalement, le repas nous a paru d’assez bonne qualité. Si nous ne sommes pas des fans absolues de la charcuterie en entrée, le plat principal, sans être de la haute gastronomie, s’est révélé plutôt bon. Pas de sel sur les tables, mais le plat n’en manquait pas.

Les enfants mangent leur entrée et plat principal ; lorsqu’ils ont terminé, ils lèvent le doigt et l’un des trois adultes présents dans la salle vient vérifier l’état de leur assiette. Et accorder le droit de passer ou non au fromage et au dessert.

Le principe de base : au moins goûter l’entrée, et manger plus ou moins la moitié du plat.

Autour de nous, les assiettes étaient, pour la plupart, vides. Evidemment, certains s’organisent entre les « amateurs de » et les autres. Ce jour-là, nous avons pu assister à un « trafic de saucisson »… Par ailleurs, nous étions un lundi. Apparemment, il en reste davantage dans les assiettes lorsque le poisson est au menu. Le chef essaie de le faire passer en compensant avec des légumes appréciés, mais la partie n’est pas toujours gagnée. Il semble pourtant à l’écoute et nous a expliqué que, si le blé était au départ peu goûté des enfants, il avait réussi à les convaincre d’en manger en le faisant cuire dans un bouillon de légumes qui apporte un petit « plus » au niveau du goût.

Hygiène : le sol était propre et le dessus des tables n’était pas collant. Mais mieux vaut ne pas se pencher pour examiner le dessous des mêmes tables…

Dernière remarque : volume sonore assez élevé dans le réfectoire, mais difficile d’y remédier vu la taille de la pièce et, par conséquent, le nombre d’enfants qui prennent leur repas en même temps. C’est particulièrement criant lorsque l’on passe dans la salle de repas des maîtres — ce que nous avons fait pour le dessert — qui ressemble alors à un havre de paix…

 

Prochaine visite à planifier après les vacances de Pâques : un vendredi (jour de poisson) cette fois-ci !

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.